Barcelone, 14 novembre 2019 – MedaWeek Barcelona 2019, la « Semaine Méditerranéenne des Leaders Économiques » placera le changement climatique au centre des préoccupations des économies régionales ce 21 novembre, lors de la 8ème édition du EcoMeda Sustainability Summit. Une rencontre au cours de laquelle de nombreuses mesures seront discutées concernant à la hausse des températures et du niveau des mers.

La mer Méditerranée, point stratégique global d’équilibre environnemental, de transport maritime international et de tourisme, est aujourd’hui l’une des régions qui souffre le plus des conséquences négatives liées au changement climatique. C’est précisément la raison pour laquelle la transformation de l’économie méditerranéenne en un système vert est plus nécessaire que jamais.

La question du changement climatique est devenue, ces dernières années, une priorité pour les gouvernements, les entreprises et les citoyens, dont les politiques et les actions sont de plus en plus axées sur la durabilité. Dans le cas de la région méditerranéenne, l’économie verte représente un potentiel incalculable en termes de création d’emplois, d’innovation technologique et de compétitivité. Un sujet prioritaire qui sera abordé dans l’un des deux forums qui composent le le Sommet EcoMeda Sustainability de la 13ème édition de la MedaWeek Barcelona : le Mediterranean Solar & Wind Energy Forum (co-organisé par l’Observatoire Méditerranéen de l’Energie – OME).

Bien que la Méditerranée possède l’une des plus grandes réserves de pétrole et de gaz de la planète, la région doit évoluer vers l’autosuffisance basée sur les énergies renouvelables. Face à d’éventuelles crises économiques et aux variations des prix du pétrole, les matières premières vertes se positionnent comme une alternative stable aux réserves d’hydrocarbures. Avec un potentiel énergétique considérable, un système hydroélectrique exemplaire, un potentiel éolien abondant et environ 3 000 heures de soleil par an, la région méditerranéenne pourrait couvrir ses propres besoins en énergie ainsi que les besoins de certaines régions voisines.

Le Coordinateur Général de l’ASCAME, Anwar Zibaoui, a déclaré que « les énergies renouvelables peuvent changer totalement les règles du jeu en Méditerranée et conduire à une révolution dans son développement, en créant de la richesse et contribuant au bien commun en renforçant le tissu social dans le respect de la dignité humaine et de la nature ». Dans cette seule région, « plus de 100 milliards d’euros seront investis dans des projets d’énergies renouvelables dans les années à venir », ajoute-t-il.

L’augmentation annuelle des températures moyennes dans la région devrait passer de 2,2ºC à 5,1ºC d’ici à 2100. Raison plus que suffisante pour que les pays des deux rives parient sur l’énergie solaire, actuellement sous-utilisée, et lancent des projets d’envergure en faveur d’une révolution solaire.

Le rôle vital joué par les villes méditerranéennes dans ce processus de durabilité ne doit pas être sous-estimé ; le bon état de l’économie se traduit par la santé et la productivité des villes. Celles-ci contribuent à hauteur de 50 à 80 % du PIB des pays de la région, de sorte que la promotion d’un développement urbain durable qui garantit une meilleure qualité de vie est un autre des piliers stratégiques de la croissance économique régionale. C’est un sujet qui sera discuté lors du Forum des Villes Méditerranéennes (MedaCities Forum, organisé par Medcities).

La MedaWeek Barcelona 2019 est organisé par l’ASCAME, la Chambre de Commerce de Barcelone, l’Union pour la Méditerranée (UpM), l’Institut Européen de la Méditerranée (IEMed) et le Consorci de la Zona Franca. Une plateforme de coopération commerciale qui aspire à une Méditerranée plus saine, plus propre et plus égalitaire, qui rompt avec les anciennes approches en construisant de nouvelles relations entre les deux rives de la Méditerranée.

European Regional Development Fund              A way to make Europe